Et si …

Et si dans cette absence il n’y avait rien à sauver ?

Dans le temps imparti je suis déjà mort, errant, de solitude.
Je suis déjà voué à me répéter sans cesse, sans pause.
Je suis échoué, écrouer, en miettes.
Je suis brisé, dénudé parmi le monde, mes secrets mis-à-nue.
Pourtant, personne ne me connaît ; ni même moi.
Sur les routes rayonnantes de vie du printemps, je ne suis pas.

La question première demeure, là où il n’y a plus d’âme, que sauve-t-on ?

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.