Toutes les histoires

Lorsque nous débutons une histoire, nous le faisons avec la prémice, d’un temps, d’un lieu, d’un univers. Un début, une continuité et une fin. Tout à toujours une fin, nul histoire ne se perpétue à l’infini, même les plus longues d’entre elles. Toutes les histoires, dans les histoires, forment les rebondissement et péripéties, il n’est pas d’histoires sans que tous les acteurs y ajoutent leurs grains de sel. Imaginer ce que serait une histoire, tel un cachot éventé, d’où ne parvient nul son d’autrui, cette histoire ne serait pas digne, ni racontable, l’absence ne pouvant pas être défini.

 

À suivre …

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

En route

Départ d’un temps, D’un moment, du fou, vers plus tard, une simple route, turbulente, un brin. Petite abeille assise dans la fenêtre près de moi, je me dois de la tuer, pour rassurer mon bras, poser à cet endroit. Seul à ma place, fauteuil 12 S, S pour solitaire, voyageur esseulé. Arrivée prévue dans une heure trente, simple retard passager, marchant passe d’abords. Des décors défilant à grande vitesse, pas la possibilité d’apprécier, petit haut le coeur au début. Écouteur et pc en place, écoute de musique pour passer le temps. La route n’est pas très longue, à mon arrivée mon frère m’attendra. Tel est le court parcours d’un instant.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Un thème lancé, un sujet bien noble, la nature, un adversaire, humain, déjà la noblesse de ce duel s’effrite, les murs du temps se souviennent et pleurent. Les repères à jamais souillés dans l’infini recommencement, toujours et encore.

La nature si fraîche, si belle mère
Regroupe les êtres et espèces
Faune et flore, les saisons
Même les colères

Ou plutôt le grand nettoyage
L’homme bête croit qu’elle s’acharne
Il n’en est rien, elle s’épanouit
Et grandit, se métamorphose

Enduit les espèces à s’adapter
Devenir toujours meilleures
s’outrepasser, jamais stagner
En mouvement continu

Ainsi va la vie au sein d’un univers
Tel est le fonctionnement normal
Seule exception connue.. L’homme

L’humain cet être ingrat, déplaisant
Maudit, de tout ce qui est et sera
Les choses ne changent jamais pour lui
Les murmures de ce qui étaient
Résonne toujours de dégoût, à son endroit

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Désespérance

Ce soir j’ai envie je me dis : Pourquoi ne pas les laissés dans leurs mensonges, ces humains, mes semblables. Après tout ils y sont bien, à première vue, en redemande et n’écoute pas la raisonnement logique, de toute manière. Que peu bien faire la raison, à temps partiel, entre les quelques fous, qui lui servent brièvement avec parcimonie, de messagers.

Peut-être verront-ils un jour qu’ils font fausse route. Que leurs âmes sont mortes, le jour où ils ont accepté de se laisser dominer à chaque détour du troupeau, diriger par des bergers pourrissant, assimilant leurs êtres. Il y a fort longtemps, dès qu’ils ont choisi que s’allier pour cumuler les connaissances, ce jour était grand, mais le suivant est celui où ils ont choisi le ratoureux, vile, pour les mener.

Ce jour, la roue, le feu, n’était plus rien de glorieux, ne serviraient toujours que les forts, alors que les autres serviles, les alimentèrent. Ainsi va l’histoire de l’humain. Depuis des milliers d’années, il tourne en rond. Désespérant. Voyez et souvenez-vous qu’un jour avec le nombre d’individus n’augmentait pas la stupidité d’un groupe.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Photo capture

La photographie capture le moment, l’essence, les lueurs et ombres, reflets des êtres et choses.

Comme tous arts et tous mirroirs, il n’est pas toujours le feflet de la vérité, mais bien malheureusement celui de la perception de l’instant.

Les perceptions peuvent et sont trop souvent faussées par les émotions et les visions divergeantes des êtres.

Qui s’accumulent même parfois au travers des siècles. Laissant des peuples dans leur ignorance maladive.

Nous pouvons bien les jugés ..
Mais ne sommes nous pas meilleur de les laissés ainsi ?
Non, bien sur.
Nous sommes bien pire. Nous nous permettons néanmoins de critiquer les moeurs des autres.

Envoyons-leurs de vraies photographies de nous-même, pour leur montrer autre chose que la haine, que nous leur jettons sans légitimité. Qu’ils voient et comprennent nos êtres et ils feront de même.

Ainsi à cet instant, nous grandirons tous.

Jack Asmo Tous Droits Réservés