Les méandres d’un système de merde

Laissez-moi vous parlez de ce chien vicieux qui tourne en rond après sa propre queue, que nous nommons psychiatrie moderne. Où en somme pour avoir les meilleurs services, il faut être juste un peu névrosé, puis attendre deux-trois ans ou être une mère de famille, bien placée dans la classe moyenne. Comme l’un ne coute pas trop cher et le second est plus utile, selon leurs standards de merdes. Dans le public, bien certain, car au privé, l’argent achète encore tout.

Si tu es moindrement un cas compliqué, que tu cris à l’aide, même si tu es déjà dans le « système », tu peux bien aller te faire voir ailleurs. Il n’est tout simplement pas fait pour toi. Ils ne miseront rien sur toi, les médecins et demeureront dans la pensée magique, qu’en te laissant seul chez toi sans ressources, ton cas va s’améliorer et qu’éventuellement, ils pourront t’offrir quelque chose. Ils ne te donnent-pas de services, l’effet Pygmalion fait son petit effet, tu te démotives car personne ne croit en toi et donc tu demeures incapable d’accéder à leurs critères.

Heille ! J’avais quatorze ans et déjà j’avais compris ce concept et vous, qui avez fait de longues études, le bafoué tous les jours. Vous qui devriez être les premiers à savoir que l’isolement social, est un fléau redoutable, un ennemi qui ne connais-pas la demi-mesure, qui tous les jours te gruge ton humanité. Nous restituant à nos animalités primaires et là, ce qui est bien avec ce concept, c’est que nous voilà enfin, à votre image.

Comment pouvez-vous tendre autant d’illogismes, sans jamais broncher ? Osez regarder des gens et leur dire que vous ne pouvez-pas leur offrir de services, tout en gardant leurs dossiers, sans les référer. Comment se fait-il que le système de plainte ne servent jamais à rien et qu’il n’y ait personne pour admettre que vous avez pris le mauvais chemin. Mais oui, j’oubliais les assureurs, un médecin ne doit jamais admettre qu’il a tort, c’est la première chose qu’ils apprennent.

Dites-moi donc qu’elle est la solution envisageable, outre que lui mettre le nez dans son caca et lui foutre une bonne claque au cul ?

Jack Asmo Tous Droits Réservés

*Un merci tout particulier au centre de traitement le faubourg Saint-Jean et du Dr. Évens Villeneuve.

Advertisements

Préserver l’histoire

L1

Bonjour chers amis et lecteurs,

Tel que vous pouvez le constater ce livre d’histoire du Canada datant de 1913, a vue de meilleur jour. C’est pourquoi je souhaite le faire relier de nouveau ou restaurer. Tout dépendant des dons que je recevrai. C’est pourquoi je compte sur votre générosité.

Aidez-moi à préserver ce bout d’histoire en cliquant sur le bouton de dons, dans la colonne à gauche, du blog. Dans le petit espace où vous pouvez inscrire quelque chose, écrivez votre nom, ça fait plaisir de savoir qui donne, mais vous pouvez également demeurer anonyme. J’inscrirais au fur et à mesure où nous en sommes dans les dons. Que vous pouvez effectuer via une carte de crédit, de débit ou votre compte paypal.

Merci

Bonne journée et bon passage sur mon blog.

Projet terminé, merci à tous pour les visites et les encouragements.

Voyez le résultat – https://jackasmo.wordpress.com/2014/09/27/le-voici-enfin/

Pamphlets #1

Durant que vous perdez votre temps avec des futilités, le monde continu de tourner et les faux continuent de magouillés. Confiance aveugle en vos semblables, han ? C’est certain, sinon ça reviendrait à blâmer votre propre reflet. Ce serait fou ! Mais vous ne l’êtes pas moins de ne pas reconnaître vos faiblesses et admettre que vous avez perdu la raison quelque part entre l’homo habilis et l’erectus.

Jack Asmo

Ma définition de la pédophilie

Dans la même veine, les pédophiles ne sont pas plus malades que les fétichistes, ils aiment simplement quelque chose et en sont passionnés.

Avant je croyais que s’était une orientation sexuelle, comme les hétéros ou les homos. Mais au lieu d’être vers des adultes, plutôt vers des enfants. En y réfléchissant d’avantage, c’est plus un fétichiste, car une orientation sexuelle est aussi une orientation émotive. Et un fétichiste est une particularité, tel que le « bondage », dominateur/dominé et j’en passe. Ce n’est pas différent. L’approche est la même, exactement comme les zoophiles et les nécrophiles. Qui comme la pédophilie, les différences quelque peu des autres fétichistes, sont aussi des relations d’opportunités parfois.

Un homme sou dans une grange, une adolescente complètement partie, un pari avec des amis et j’en passe. Nous sommes tous enclins à chuter. Mais est-ce vraiment une chute, si ce n’est pas différent qu’un homme qui aime ce faire dominer, exemple. Ce qui n’est pas consenti devrait toujours être puni d’office, entendons-nous.

Si vous trouvez que c’est mal, car ces êtres qu’ils utilisent ne choisissent pas toujours. Alors punissez-les !

Mais cessez de laisser la société penser en agresseur et non en victime. Car les magistrats et le bon peuple, pensent en se disant plus; « Et si moi je chutais, un moment d’égarement ou pas, j’aimerais ça ne faire que trois mois, ni vue ni connu ». Et non comme ils le devraient; « Moi je n’aimerais pas que cela m’arrive, à moi ou mes enfants et si ça serait le cas, j’aimerais savoir ces gens hors de nuire définitivement et traqués comme des animaux ».

Arrêtez de les défendre !

C’est vous qui leurs donnez tout leurs pouvoirs, vous êtes responsable des peines ridicules et de la non gestion de ces gens. En acceptant les conclusions de tous ces charlatans, jeux de la psychologie et psychiatrie moderne de définir, maladroitement l’humain. Levez-vous et demander-les pour vrai, les peines plus sévères, des équipes permanentes de surveillance et des lieux pour enfermer définitivement ceux qui n’arrêteront jamais.

Jack Asmo, simple humain perspicace de contester et questionner le non-sens.