Comme ça #11

Ils n’ont pas compris lorsque ceux d’hier, sont venus les prévenir.

Ils ne voient pas plus ceux de maintenant et quand ceux de demain viendront ils chercheront encore, même si nous leurs ferions des dessins, ils ne comprendront pas plus. Pourtant, dans cet infini, il y a un produit fini, nommé humain, qui devrait saisir les évidences que l’univers lui tend.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Supplice

Que sont mes écrits, si ce n’est que le fruit de mon être. Que sont-ils si ce n’est que le résultat d’un tourment si fort, qu’il me fût créé un lieu pour l’entreposer et le crié.

Vraiment pas facile cette dernière décennie, beaucoup plus de mal, que de bien. Un jour qui peine à arriver. J’ai eu des bons moments malgré tout, mais en nombre nettement insuffisant.

Oui dorénavant j’ai plus d’activités, mais bien que cela apporte distractions, buts, objectifs, rire et plaisir. Cela vient aussi avec plus de questionnements, d’observations, de constats et donc de déceptions.

Jusqu’à quand je continuerais ce supplice, car s’en ai un. Qu’avez-vous encore à m’offrir frères humains ?

Nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble, sur le même palier de l’univers.

J’aimerais qu’il en soit autrement, mais cela n’est qu’une utopie et nous savons tout ce que j’en pense, de cette futilité…

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Petit

Petit oiseau noir, de feu et de soleil
Trouvé par-terre un beau matin
Tu as su mettre un peu de joie
Dans ce cœur meurtri

Petit oiseau que je croyais blesser
Tu as grimpé sur moi
L’air de te demander qui est cet être
Puis tu es repartit vers ta vie

Petit oiseau en ce matin
Tu es resté mais non par dépits
Car tu aimais bien ma présence
Petit, mille fois merci

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Nature

Les animaux ont une tendance naturelle à bien m’aimer et je les aime en retour. Les relations sont tellement plus simples avec eux. Tu les traites bien, les respecte et ils font de même. Facile comme réciprocité. Il n’est certes pas aussi simple entre humain, mais ceci n’est pas le sujet de cet écrit.

La nature si douce et concise, merveilleuse chose, d’une constance agréable. Elle est un tout, elle est tout.

Ô toi grande mère nourricière et destructrice, tu tiens en ton sein les deux opposés du monde, dans une harmonie parfaite.

Je n’ai pas peur de toi, comme mes semblables, qui étaient jadis tes fils, mais qui ont pris la mauvaise branche et se sont lamentablement écrasés au sol.

Non, moi je te respecte de tout mon être et admet volontier tous mes tares, c’est pour cela que tes créations m’aiment bien.

Dans l’infini qui vient, nous serons tous deux, main dans la main.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Le mystère

Il y a trop de gens « temporaires » autour de moi, je ne peux pas tellement m’y attacher, car je sais qu’ils n’y sont pas pour toujours. Je ne souhaite pas souffrir, mais qui le veut ?

Pour ne pas me blesser j’ai coupé pas mal de choses, enfin moi et mon inconscient. Pour se préserver nous avons cessé de vivre, les deux sphères de l’être en parfait accord. L’image est véridique, un mort-vivant je suis bel et bien.

Vous croyez que ce n’est qu’une image, une fable, servant à appuyer ce mal de vivre; mais non, c’est la pure vérité. Une sombre, mais vraie. Cette précédente phrase résumant tout mon œuvre. Permissive elle n’est pas, mais juste, voilà mon être en ces temps, le voici ce Jack.

Ce mystérieux n’est en fait qu’un être se trouvant plus du côté des morts, que des vivants, telle une histoire achevée.

Une lueur parfois vient, mais ce n’est plus que passage, perdu ils sont et moi avec eux.

Jack Asmo Tous Droits Réservés