Comme ça #13

J’ai toujours envie de parler du temps, celui qu’on maudit, celui qu’on manque cruellement, celui qu’on aimerait aimer, mais qu’il est tellement plus simple de blâmer. Ce temps, ferons-nous la paix un jour ?
___________________

Je ne suis pas très inspiré en ce moment, écrire pour écrire, en voilà une drôle d’idée ; n’ayant rien de bien pertinent à dire, qui voudrait dire un truc à ma place ? Moi qui suis le jour et la nuit, montagne et vallée, honneur et discipline, femme et homme, lueur et obscurité. Dans la pénombre du monde luit l’aube de l’esclavagisme, celui où nous n’avons plus de droits, celui où enfin restreint est l’humain. Cet homme qui ne mérite pas ses privilèges. Dans un univers où tout est possible, prisonnier est l’esprit des hommes. L’infini  est un néant perpétuel qui se définit par un double cercles, tout recommence toujours, à se demander si le temps ne se moque pas de nous, à recommencer encore et encore, tout refaire et nous prendre pour des cons, qui ne s’en apercevront pas. Pour la plupart, pour la majorité même, il a bien raison.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s