Semblant d’homme

Nul dans les dessins de l’humain ne peut se sentir bien. Parfois j’aime répondre à mes questions du passé, là où il n’y avait personne pour répondre à ce Jack, esseulé, livrer à lui-même. Il était perdu dans un cauchemar sans fin, d’où ne transparaissait aucune vie ; il est mort errant, avant de revenir à ce monde. Alors, qu’est-ce qui en est revenu ?

Une pâle lueur de ce qui est homme, un être vide, qui ne possède pas le ressenti qui fait l’humain. Sa raison d’exister devient contestable ; alors qu’est-il s’il ne l’est plus ?

Un semi-mort, j’aimerais nommer. Quelque chose de plus près de la mort, que de la vie, qui se sent de moins en moins attacher, à ceux qui en apparence lui ressemble. Il a tout de même un nom, un qu’il a choisi, parmi tous les noms du monde ; il a accepté de se conformer sur ce point ; nommer quelque chose et soudainement il existe, il n’est alors plus qu’un mythe, il devient une chose que l’on peut apprécier. Même s’il a choisi de ne pas s’appeler en accords avec son corps, mais de partir de l’image qu’il donne. Il a beau être à l’agonie d’une vie, qui perdure bien au-delà de la démence et du tolérable, il se respecte tout de même.

Ainsi va le penseur, un jour, un soir, une nuit, parmi d’autres.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s