Rageux

Avons-nous toujours quelque chose à perdre. L’être se rebâtit sur les hécatombes de tout ce qui est mort, ce qui était, mais qui est perdu. La rage peut encore brûler un être, même s’il ne reste que des cendres. Pourrait-on croire que du grain pousse la vie et non la perpétuité de destruction.

Dans ce feu brûlant qui vous arrache les tripes. De cette violence meurtrière qui ne demande qu’à sortir et d’exploser. Pourquoi devrions-nous subir les inepties d’autrui ? Car ces humains s’auto-protége avant même les actes posés. C’est cette facilité qu’à l’homme de tout excuser.

Est-ce vraiment le bruit qui me dérange ? Ou n’est-ce pas plutôt l’illogisme de la situation, qui me frappe une fois de plus, en plein visage !?

Peut-importe, je suis coincé dans une nouvelle anxiété qui nuira à ma vie, une fois de plus. Cette hygiène de vie ne tiendra pas éternellement, dans ce désordre qui m’est imposé.

De douleurs en douleurs est encore le penseur dans l’absolu.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s