Fraicheur d’hiver

Le froid ce mémorable dessin de la continuité, ces éternelles saisons.

En marchant sur le chemin du possible, ce -30° m’agresse continuellement, de plus en plus prenant. Telles des milliers d’aiguilles pénétrant mon corps.

La douleur est alors perspicace et c’est bien. C’est la douleur le signe ultime qui nous permet de certifier que nous marchons toujours.

Même le demi-mort souffre, il ne faut pas croire, il souffre peut-être même plus fortement, de cette marche incessante. Le demi-mort ressent bien le monde, trop.

Jusqu’au jour où la mort le glorifiera d’un repos bien mérité.

De ce monde où tout lui dit qu’il n’est pas légitime d’être et d’exister, tout et tous lui rappelle bien. Tous ont le droit de vivre sauf lui. Triste la perception, je suis bien demi-mort et non demi-vivant.

La nuance est importante
La nuance dit tout
La nuance est bien vraie

Je ne suis plus de ce monde, laissez-moi crever tranquille, cessez de vous battre alors que vous ne voulez pas de moi.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s