Consta

Parfois mon regard s’égare dehors,
d’un air hagard je scrute les gens.

Et d’une étonnante stupéfaction,
je ne ressens ni affliction, ni affection.

Seulement un léger brin d’amertume.
Mais rien pour restreindre ma plume.

La lumière si faible dans ma cage,
m’en fait presque oublier ma rage.

Ici-bas vas le triste fou misérable,
qui gruge l’énergie des détestables !

Quand dors le chagrin sur cette terre torride,
reste éveillé seule solitude de celui qui est aride.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.