Ironie féconde

D’effort en effort va le penseur, celui qui aimerait bien cesser de voir, une fois pour toute ! Mais, le chemin inverse est hélas impossible. De douleur en douleur, le fugitif se traîne la carcasse hors de porter, de tout ce qu’il fuit.

La fuite, un élan de passion, dans un univers mille fois trop petit pour lui. Là où il n’a pas sa place. Là où les êtres qui s’y trouvent, ne peuvent pas racheter tout ce qu’ils lui ont fait, par leurs absences, surtout. On n’en guérit pas, ça c’est certain. Alors qu’attent-il encore ? Je crois que même lui ne le sait pas vraiment.

Ils ne peuvent se racheter et il ne peut pas vivre avec eux, alors que reste-t-il si ce n’est que le néant ? Se demande-t-il , un soir comme un autre dans la démesure.

Au détour du parcours, qui le mène chaque jour un peu plus loin de son humanité, il rêve en silence du jour où il ne sera plus, oui, avec un peu de chance, il ne reviendra pas dans cet univers en homme.

Il a tellement souffert pour y revenir et pourtant il n’y a rien pour lui, l’ironie est garante de son existence à présent.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.