Pense le mort

Cimetière

Les morts eux ne dérangent pas. Assis près d’eux, je suis bien plus à ma place que dans le bruit et la constance.

Constat d’un moment.

Tant que les fleurs sentent, ils sont souvenus, vite ils tomberont dans l’oubli et la désespérance.

Fades les mémoires et les gens.

Les vivant continuent leurs routes, laissant les morts et morts-vivants derrière.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s