Le manège

Il tourne et tourne
Non pas dans la même direction pour tous
Les perceptions diffère d’êtres en êtres
Parait-il que l’un croirai l’horaire, plus que l’anti
Une chaise peut avoir quatre ou trois pattes
Elle peut être grise ou rose, raconte-on
Dépends de ta vision, ton point de vue
De la lumière, des rayons qui la sur-plombe
Qui masque ou illumine abondamment la vue
Couvrant les couleurs d’une fine lueur, venue d’ailleurs

Sur l’épaule il y a des oiseaux et dans le cœur des félins
Même les fous reconnaissent les chats comme divins
Cela fait longtemps qu’ils ont saisi leurs supériorités
Ils y pensent quand ils sont seuls et hurlent en silence
Une petite calico calme tout, même les rages meurtrières
Les miaulements de beautés rares dans l’âme des humains

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s