Un tout

Je ressens bien l’énergie de ce monde.
Une telle synergie et rage démentiel.
Elle me parcoure, ce corps habitué à la furie.
Cette force dévastatrice, je la supporte.
Je suis un bon canalisateur de ce monde.
De son ressentit, de ses cris, tremblements.
Sursauts, dévastation, appelle à l’aide.
Cloué là, ne pouvant rien faire pour lui.
Me gruge les sens à vif et à mort.

De ce monde qui n’en peu plus de se débattre.
De s’acharner contre l’ineptie, des créatures tuant leur seule maison.
Je l’entends pleurer parfois la nuit, entre deux troublants silence.
Le temps n’est qu’un leurre, un immense chemin inachevé.
Qui s’écoule bien à la même mesure depuis toujours.
Je le répète, mais quand le temps lui-même cessera, qu’arrivera-t-il ?
Car tout débute et se termine, inévitablement. Même le temps lui-même.
Sous la joue d’un destin, ou d’une précision atomique, égal à la certitude.
Il faut s’abandonner et chuter, pour réaliser enfin l’anarchie qui règne.

Écoutant la douce musique de la terre, je me souviens d’où je viens.
Et où je retournerais bien un jour. Quand mon sablier sera vide ou vidé.
Ce monde c’est moi, c’est vous, c’est nous au fond. À l’intérieure de l’âme.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.