Ici

Ce jour plein de lueur, de choses à demi-vue à demi ressentit.
Une absence de l’être toujours présente, dans ce corps.

De questionnement en questionnement va le semi-mort, dans le stress il nage bien bas. Qui le laissera en paix ?

Ces êtres qui ne cherchent ni la grandeur, ni l’honnêteté et la respectabilité, qui lui cause bien des soucis. Ainsi sont les jours dans la prison.

Toujours quelque chose qui rappelle à la raison, que la démesure gagne trop souvent, gruge un peu plus la mince ligne d’humanité qui persiste.

En cet être non légitime, si l’on se fit aux autres; Ces autres, ces hommes malsains, envoyant votre cher aux oubliettes, perdu dans cette zone grise.

Toujours dans le vide suis-je ? En relisant mes anciens textes, je me rends compte que je suis encore cet enfant, abandonner sur le bord d’une route totalement désertique.

Je n’en suis pas revenu.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s