Ours

L’été, l’été, il n’y a pas que ça
L’ours polaire préfère de loin l’hiver
Essayera de profiter néanmoins
De cette autre saison pour tenter le sort
L’acharnement qu’il porte enfreint
Les règles du raisonnablement
Tolérable, ci-bas

Le panda, un autre du nombre des ours
Se dit que les femmes qui accouchent
Ont bien de la chance dans ce monde
Si c’est là leur pire souffrance connue
Elles ne connaissent pas les douleurs
Constantes de l’être, de sa démesure
Un moment sommes tout joyeux

Que les ours, ne connaissent point
Il n’y pas d’épidurale pour la solitude
Et la déchéance, l’emprisonnement 

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s