L’oubli

L’oubli, est l’un des plus grands ennemis de l’humain, oui.

Nous oublions de vivre
Nous oublions de ressentir
Nous oublions notre mère
Nous oublions nos parents
Nous oublions nos amis
Nous oublions nos familles
Nous oublions l’espoir d’un jour beau
Nous oublions qu’il y a des humains là devant nous
Nous oublions qu’il y autre chose que moi et moi

Plus important nous oublions de voir
Prisonnier d’une cécité malsaine
L’humain est bien

Au final nous oublions notre être
De s’élever contre les fausses certitudes
Les nôtres, comme celle d’autrui, des autres

De questionner nos habitudes, de questionner, de questionner oui, tout ce qui ne concorde pas !
L’anarchie des mots et des gestes résolus de la contradiction abusive, rusée telle nulle autre.

Nous marchons sans être, ni but, dans l’oubli du bon, de la possibilité du meilleur. En répétant sans cesse les mêmes gestes stupides, sans se remettre en cause.

L’humain est bel et bien mort ! Renaîtra-t-il de ces cendres tel un phénix ? Ou continuera-t-il sa chute, jusqu’au tréfonds de l’ineptie, la belle médiocrité ?

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.