Le banc

Le banc, plusieurs s’y arrêtent. Toutes générations il voit passer.
Jeunes et vieux. Voit naître et mourir les êtres. Subit le temps.
Sans broncher, sans rien demander. En hivers délaissé.
Bien, même trop souvent. Parfois même ranger, pour perduré.
Qu’ils servent plus longtemps à tous. Mais jusqu’à quand ?
Lorsque des gens en auront marre de lui, pour un plus neuf.

Drôle.. L’on traite les objets, tout comme l’on traite les hommes.
Nous les usons jusqu’à la corde, puis seulement là.
Nous acceptons de nous en départir. Alors que plus tôt..
Aurait été plus humain. Tant qu’à l’abandonner à son triste sort.
Sans rien, sans épaules pour pleurer, entourer d’ingratitude.
Tans qu’à ça, à quoi bon s’acharner ? Demande la raison.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.