Pas si loin

Je savais qu’il venait d’ailleurs, il ne ma pas dupé, triste leurre, pauvrement afficher au monde extérieur. Retourne sur ta planète d’éclipse couleur. Ressaisit toi et voit comme tout monde n’est qu’intérieur, d’une solitude amère, incorruptible lubie, pleure pleure.

Moi je ne me donne pas de rôle, je reste fidèle a moi même. Remplis de haut et de bas, de tristesse remplis de mots et dune rage qui elle tue les mots. Une existence qui ce dérobe dans des torrents de flots, du premier rot, finira hélas dans un pot sans son, ni larme.

Ainsi vas la vie, ainsi vas toutes vies. Commence et ce fini. Des mémoires qui s’effacent à chacune des secondes qui s’écoulent, en l’être indigne. Hypocrisie d’un monde oublié, qui s’oublie, ce trouble, passe à autres choses, bien futile. Vivre dans le mensonge, sale calomnie.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s