Le vent

Le vent souffle, souffle, souffle, sur nos âmes dépravés.
Bruit de fond mystérieux, d’un monde en perdition.

Le vent souffle, souffle, souffle, sur notre conscience absente.
Raisonnement subtile d’un trou béant, qui n’existe pas.

Le vent souffle, souffle, souffle bien, sur ce monde en deuil.
Triste est l’hypocrisie d’un peuple condamner d’avance.

Le vent souffle, souffle, souffle, sur l’intelligence trop fragile.
Pour le peu, tenez la bien, ou elle s’envolera au loin.

Le vent souffle, souffle, souffle, encore et toujours pour nous.

Jack Asmo Tous Droits Réservés

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.