Textes autres

Court moment (12/08/2010)

Coucher par terre, regardant la télévision. Fessais longtemps que je n’avait pas fait cela. Pourtant une position assez agréable, qui fait du bien à mon corps. Une émission d’humour passe en ce moment, me remontant le sourire et m’arrachant même des rires. Chose qui est de plus en plus rare, dans mon univers.

Ça m’en fait oublier mes jointures briser, d’avoir trop frapper dans le mur. À cause que les abrutis d’en haut m’empêchaient de dormir la nuit passé. Pour vous décrire, elle c’est l’archétype de la grosse pauvre, qui n’arrive pas à payer son loyer, donc rentre d’autres pauvre pour rester avec elle. C’est juste un 3 pièces!

Le manque de sommeil n’améliore guère mon humeur. Déjà que je suis indisposer et que je n’ai plus de serviettes sanitaires. Quand on est agoraphobe, on apprend à ce débrouiller seul. Quelque kleenex dans le font des mes sous-vêtements et rester assis sur une serviette pour rien tacher fait l’affaire en attendant demain, que ma mère aille m’acheter quelques objets.

Si court moment, pourtant si long à décrire.
———————

Gare aux homo-trans phobes (10/08/2010)

Des envies me vienne de je ne sais où. J’ai envie que les prétentieux qui ce crois supérieur, ce retrouve à quatre pattes, le cul bien vers le ciel, attendant sagement de s’le faire défoncer. Saignement abondant, je l’espère. Sinon à quoi bon si ce n’est pas pour créer des dommages énormes. Il faut qu’ils le sentent bien passer et qu’ils s’en souviennent très longtemps après.

Bien sur un peu de psychologie et sublimement les convaincre qu’ils sont désormais pédéraste, chose qui juste là les rebutais à tel point, qu’il aimais discriminés, insultés ou encore violentés les nôtres. Non mes frères je vous le dit, ceci les convaincront et ils finiront le travaille à notre place. Mon désir est plus qu’ardent, d’imaginer comment ils pourraient être créatifs pour ce suicider de manière magistral.

Pas un simple gobage de pilules, non, je souhaite qu’il s’auto mutile grandement ou ce jette d’un édifice en criant: Mort à la tapette! J’en jouit déjà tellement ça me plairais. Juste le supposer c’est déjà terriblement intense. Qui sait, je suis peut-être un futur prédateur sexuel en puissance ou qu’un homme à bout. Mes hormones s’énerve dans tout les sens et puis s’ils le méritent…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s